4T réduit son empreinte écologique !

Depuis que j’ai mes enfants, j’ai adopté un mode de vie parsemé d’actions zéro déchet. C’est tellement important ! 

J’ai récemment lu qu’il valait mieux des milliers de gens qui font quelques actions « vertes » que dix personnes qui sont 100 % zéro déchet. J’avoue que ça m’a encouragée ! Hihi

La responsabilité des entrepreneurs

Quand j’ai démarré 4T, il y a tout de suite eu des choses sur lesquelles je n’étais pas prête à flancher. Récemment, j’ai ajouté plusieurs actions à ma routine. Je tiens à en discuter parce qu’être entrepreneure, c’est aussi avoir une responsabilité sur l’impact environnemental provenant de notre entreprise.

Mon fils de 6 ans m’a tout récemment demandé : « Maman, pourquoi les grosses compagnies, elles n’arrêtent pas, elles, d’utiliser autant de plastique et de faire bobo au ventre de la planète ? » Je ne sais pas mon grand… je ne sais vraiment pas. Mais maman va faire de son mieux, elle. Chez nous, c’est de cette façon que je décris la pollution : on fait bobo au ventre de la planète. C’est une image qu’ils comprennent très bien.

Fini le plastique !

Je tiens beaucoup à mes pots et bouteilles en verre. Ça crée des défis, c’est certain. Des coûts aussi. Il est évident qu’une bouteille de plastique, ça ne risque pas de se briser dans le transport, car oui, ça arrive, malheureusement. Je dois remplacer le produit et le renvoyer à mes frais. Est-ce que c’est une raison suffisante pour repasser au plastique ? JAMAIS ! J’utilise seulement deux contenants en plastique et ça restera ainsi.

L’emballage

En ce qui concerne l’emballage, j’aime bien ma boîte en carton et le papier de remplissage qu’elle contient. Au début, je collais l’étiquette d’expédition directement sur ladite boîte, mais comme c’était souvent offert en cadeau, j’ai dû changer la méthode d’envoi et mettre le tout dans un sac d’expédition en plastique. Ouch ! Ça, ça a fait mal à mon cœur.

J’ai donc décidé de changer la formule. Je me procure maintenant uniquement des sacs compostables. Ceux que j’ai choisis se détériorent en moins de 6 mois. C’est un coût que j’ai choisi d’absorber, car c’est trop important ! Je trouve toutefois dommage que le gouvernement ne prête pas plus d’aide aux petites entreprises sensibles à leur empreinte écologique.

J’ai également troqué le papier bulle en plastique pour ceci : une solution en carton recyclable qui se détériorera.

 

Autrement, si vous trouvez du plastique dans vos envois, sachez qu’il s’agit de TOUT ce que je recycle : ça provient des colis contenant mes matières premières.

 

Le choix des fournisseurs

Je fais également des choix les plus écologiques possibles pour tout ce qui touche mes fournisseurs :

  • J’achète tout ce que je peux en TRÈS TRÈS GROS ;
  • Je choisis le transport par bateau, lorsque ça provient de loin ;
  • Je privilégie les fournisseurs qui utilisent des bouteilles en aluminium (au lieu du plastique) ;
  • Je choisis de travailler avec des fournisseurs canadiens lorsque c’est possible ;
  • Je travaille avec une herboriste locale ;
  • Je travaille avec des entreprises ayant les mêmes valeurs : Omaiki, Soja&Co, Lait de poule allaitement…

L’avenir du virage vert de 4T

J’ai encore beaucoup d’idées pour le futur, évidemment. C’est toutefois dans la bienveillance et la douceur que les gestes et les changements perdurent le plus.

Pour notre belle planète, qui, je l’espère, accueillera un jour mes petits-enfants et tous ceux qui suivront, c’est un devoir de réfléchir à nos actions, un petit pas à la fois !

Si vous avez des idées, n’hésitez pas à me les partager !

Geneviève