Montée de lait ! | Préparation à l’accouchement
Par Kathy Dubé, Cigogne et Baluchon – services périnatals 

 

Dernièrement, j’ai fait une petite montée de lait et j’ai eu envie d’écrire sur le sujet !

Je vois souvent passer sur les groupes de mamans des publications où les femmes demandent des recommandations concernant les cours prénataux. Je suis toujours désolée de voir que plusieurs femmes conseillent de ne pas en suivre, que ça ne leur a servi à rien.

J’ai aussi lu le commentaire d’une femme qui disait qu’un professionnel de la santé lui avait suggéré de ne pas en suivre, car ça pourrait avoir comme effet de la stresser.

Puis je vois LE commentaire, celui de trop : « L’accouchement c’est naturel, tu sauras quoi faire, les femmes accouchent depuis la nuit des temps ! »

OK, laissez-moi vous expliquer une petite chose…

Les femmes accouchent depuis la nuit des temps, c’est vrai ! L’accouchement, c’est un processus naturel et involontaire du corps, c’est vrai !

Alors pourquoi autant d’accouchements nécessitent-ils des interventions : péridurales (72 % des femmes accouchent sous anesthésie au Québec), forceps, ventouses ? Et que dire de la hausse du pourcentage de césariennes effectuées dans les dernières années ?

Voici pourquoi l’accouchement n’est plus aussi instinctif qu’avant.

Depuis la nuit des temps, les femmes accouchaient avec leur instinct primitif. Vous allez me dire : « Oui, mais les femmes mourraient, les bébés aussi ! Maintenant, on les sauve avec la médecine ! » En effet, pour certaines situations, on y arrive grâce aux avancées médicales. Cela dit, si le taux de mortalité a baissé, c’est surtout à cause de la salubrité et des protocoles sanitaires mis en place avec la venue de la gynécologie moderne. Je reviens donc à la nuit des temps…

Dans le passé, les femmes enfantaient avec leur instinct primitif et archaïque. Aujourd’hui, elles accouchent avec les stimulations du néocortex (cerveau intelligent) dans le tapis ! À l’époque, elles étaient très loin de ces stimulations qui ont pour effet de freiner la libération des hormones qui permettent un accouchement facilité : il n’y avait personne pour les observer, elles ne regardaient pas l’heure, ne minutaient pas leurs contractions, ne textaient pas sur leur téléphone entre les contractions, elles ne changeaient pas de lieu durant l’accouchement, on ne leur posait pas de questions, elles n’étaient pas contraintes dans leurs mouvements, on ne les couchait pas sur le dos pour « les accoucher ».

Et que dire de la préparation physique qui est aussi primordiale pour un accouchement facilité ! Dans le passé, les femmes marchaient des dizaines de kilomètres par jour, elles étaient en position accroupie pour cueillir des petits fruits durant toute la matinée, elles étaient nomades… Aujourd’hui, nous avons droit à des retraits préventifs, nous travaillons assises devant un ordinateur, nous sommes sédentaires…

Voilà pourquoi, à la nuit des temps, les femmes enfantaient de façon libre et instinctive ; c’était tout ce qu’elles pouvaient faire, elles n’avaient aucun autre repère et surtout, aucune représentation biaisée de ce qu’est réellement un enfantement.

Je ne vous dirai pas d’accoucher en pleine nature : 90 % de mes clientes accouchent en centre hospitalier et c’est super correct, car le meilleur lieu pour accoucher est celui qui nous procure le plus grand sentiment de sécurité.

Mais alors, on fait quoi avec ça aujourd’hui ?

Prenez soin de bien choisir vos cours de préparation à la naissance, en optant pour des cours qui parlent non seulement du processus physiologique et biomécanique de la naissance, mais qui vous donnent aussi toute l’information nécessaire pour connaitre les options qui s’offriront à vous pour la naissance de votre bébé. Vous augmenterez ainsi vos chances de vivre un accouchement dans l’accueil et la confiance.

Et contrairement à la croyance, je ne vous montrerai pas à changer une couche !

Kathy